De Kergariou Gabriel

 

Gabriel De Kergariou est né le 23 octobre 1901 à St Martin des Champs. Il est le fils de René Gabriel Marie de Kergariou, et de Elisa Suzan Clarke.

Il épouse, le 17 août 1923, Hélène Bellec. Ils auront cinq enfants. Toute la famille habite à Henvic, près du Pont de la Corde. Possédant un bateau de 8,50 m, baptisé la “Loutre“, Gabriel de Kergariou vit de la pêche et de la chasse.

En juillet 1941, il entre avec son fils Yves, dans un réseau de résistance franco-polonais, baptisé “F2, famille-interallié“, implanté dans toute la zone occupée. Ce réseau recueille des renseignements sur les forces allemandes. Mais il est difficile de les transmettre en Angleterre. Des liaisons par mer, à travers la Manche, sont organisées, et Gabriel et son fils Yves acceptent cette mission. Partant du Pont de la Corde pendant la nuit, à marée descendante, à bord de leur bateau ils effectuent plusieurs liaisons, au large de Carantec, avec des navires britanniques, et le courrier parvient ainsi en Angleterre.

Mais en septembre 1941, les Allemands découvrent le réseau qui est démantelé. Le 17 décembre 1941, ils arrêtent Gabriel de Kergariou. Son fils Yves, qui n’a que 16 ans, échappe à l’arrestation.

Après plusieurs mois passés dans des prisons françaises, Gabriel de Kergariou est déporté le 27 mars 1943 en Autriche, dans un camp de concentration. C”est au camp de Hartheim, près de Linz, qu’il meurt, exécuté, le 3 août 1944.

La Légion d’Honneur lui est attribuée à titre posthume le 9 mars 1956 ainsi que la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance.

Son décès est inscrit à la mairie de Henvic, avec la mention “Mort pour la France”.

La rue où il habitait porte son nom depuis le 7 mai 2000.