Choquer François

François Choquer est né le 12 janvier 1909. Il est le fils de Jacques Choquer et d’Anne Guillerm, cultivateurs à Lanniellec. Il fréquente l’école publique de Henvic, puis, inscrit maritime, il débute sa carrière de marin comme mousse, le  6 octobre 1923, sur le bateau de son père, le “Reine d’Arvor”, qui exploite le sable et le goémon.

A vingt ans, il part accomplir son service militaire à Brest. Il obtient le grade de Quartier Maître timonier, puis il signe un engagement de trois ans dans la Marine nationale.

En juillet 1936, il épouse Yvonne Hyrien de Lesnoa Vian, et s’installe au bourg de Henvic. Il reprend un engagement de trois ans en août 1936, et devient second maître timonier. Il signe un nouvel engagement en août 1939.

Il se trouve à Alger au moment de la déclaration de la guerre, et rejoint Brest en d’octobre.

En décembre 1940, François Choquer est affecté sur le pétrolier “le Rhône”, qui doit se rendre à Dakar avec un chargement de 3500 tonnes de gas-oil. Le 19 Décembre, alors qu’il est près des Iles Canaries, le “Rhône” est touché, et la cargaison s’enflamme instantanément. François Choquer saute à l’eau, et s’éloigne de la nappe de feu. Gravement brûlé, il est recueilli dans un canot avec dix sept autres marins. Après un long et pénible voyage, François Choquer est admis à l’hôpital de Casablanca souffrant de brûlures infectées, et il y décède le 1er janvier 1941. Son corps sera rapatrié au cimetière de Henvic après la guerre.

Son acte de décès inscrit à la Mairie de Henvic porte la mention “Mort pour la France”.

Il sera recevra la Médaille Militaire, la Croix de Guerre 39-45 avec palmes, ainsi qu’un Citation à l’Ordre de l’Armée de Mer.